Contexte

Ce couple avait fait l’acquisition d’une maison de grande surface dont l’espace de vie était peu intéressant à leurs yeux en l’état, puisque très cloisonné, avec une petite cuisine.
"Nous avons une grande maison dans laquelle nous ne nous sentons bien nul part" fut leur constat de départ. Le dialogue ouvert et constructif avec eux a permis de travailler en confiance tout au long du projet.

L’impression d’espace ressentie à l’extérieur de la maison laissait paradoxalement la place à une sensation de petitesse à l’intérieur. Au-delà de la multiplication de pièces de taille réduite, deux escaliers occupaient des volumes importants et accentuaient l’effet labyrinthe du lieu.
Néanmoins, la maison présentait des atouts de charme peu ou mal exploités, à l’image d’un magnifique jardin à peine visible de l’intérieur.

La genèse du projet

Une maison de 185 m2 sur deux niveaux, reliés par deux escaliers. (description de la distribution des pièces etc…). Une cheminée au rez-de-chaussée.
Une attente client claire, spécifiant la volonté d’ouvrir les espaces de manière à pouvoir se voir de partout sans que la cuisine ne soit visible.

Le parti-pris d’Alba

Transformer la cheminée en élément central du bas et lui attacher toutes les fonctions de l’espace public : boire un verre, cuisiner, manger… Et permettre de profiter du jardin à tous les points de la maison afin de donner une sensation d’espace et d’ouverture.
Le feu, la nature et la lumière allaient être utilisés comme des éléments structurants du projet.

La concrétisation

Un espace public ouvert et chaleureux dans lequel la cuisine se fait discrète tout en osant affirmer sa présence, des baies vitrées assurant la continuité avec le jardin et une cheminée positionnée en point central. De la transparence en lieu et place d’un escalier de manière à laisser deviner, depuis le bas, qu’il se passe quelque chose au-dessus.
A l’étage, l’espace privé composé de deux bureaux, d’une chambre et d’une salle de bain, bénéficie d’un fil conducteur, une moquette contrastant avec le parquet du rez-de-chaussée. L’unité des matériaux dans les différents espaces a permis de simplifier la lecture du tout et de lui donner de la cohérence. La maison est aujourd’hui le lieu de vie qu’attendait ce couple.